Le puits

Le puits en brique en forme de tourelle et fermé d’une grille métallique est d’une profondeur de 12 mètres. Il assurait l’accès à l’eau aux habitants du quartier.

Le Potz

Le potz de brica de torreta e barrat d'una grasilha de metal, a una prigondor de 12 mètres. Permetiá un accès a l'aiga potabla als abitants del quartièr.

El pozo

El pozo de ladrillo de 12 metros de profundidad, con forma de torrecilla y cerrado por una reja metálica, permitía el acceso al agua a los vecinos del barrio.

The well

At the bottom of the steps you can find a 12-metre deep (39 ft) tower-shaped brick well, protected by metallic bars. The well was once used to provide water to the inhabitants in the area.


bandeau_photos_puits_01

enfants-sans-fond

« Pourquoi les gens venaient-ils au puits ? »

Pour se procurer de l’eau quand il n’y avait de pas réseau d’eau dans les habitations.

« A ton avis, comment faisaient-ils ? »

Ils attachaient un seau à une chaîne ou une corde, ils lançaient le seau au fond, le seau se remplissait et en tournant la roue on le remontait puis on portait l’eau jusqu’à la maison.

« Depuis hier soir, combien de fois as-tu utilisé de l’eau, dans quelle quantité et pour quoi faire ? »

Notre consommation quotidienne dépend beaucoup de la facilité ou de la difficulté avec laquelle on se procure l’eau. Si on devait puiser l’eau et la porter à bout de bras… on n’utiliserait pas deux litres pour se brosser les dents, alors qu’un petit verre suffit !

« Est-ce que de nos jours tout le monde a de l’eau saine au robinet dans la maison ? »

Loin de là ! Dans de nombreux pays les gens doivent encore parcourir de longues distances et fournir de gros efforts physiques pour avoir de l’eau, et elle n’est pas toujours potable ! Il y a 100 ans, en France seulement 2 habitations sur 10 avaient l’eau courante.

« Le puits est couvert. Le toit a la forme d’une pièce montée… combien y a-t-il d’étages ? »

Il y en a 11. On les compte mieux en se plaçant au-dessus.

Les enfants n’ont pas besoin d’utiliser le téléphone ! Entre « … » la question à poser à l’enfant – en gras, des éléments de réponse à lui donner.